• Accueil
  • > Sciences
  • > Le mythe de la contribution perpétuelle de la science


Le mythe de la contribution perpétuelle de la science

8856613003701505johannesmoreelsedemocritelephilosopherieur.jpg

Johannes Moreelse, Démocrite, le philosophe rieur

De toutes les fables qui tissent notre pacte civilisationel, il en est une qui vibre sourdement dans notre subconscient telle la radieuse promesse d’interminables félicités qui éclaire notre devenir et celui des générations futures ; le mythe de la contribution perpétuelle de la science.

Quel est l’individu qui aujourd’hui n’adhère pas à de telles croyances ? ; « Ce qui n’a pas encore été expliqué par la science à ce jour le sera dans l’avenir » ; « La science contribue à l’accroissement graduel des connaissances » ; « La somme de savoirs et de moyens dont disposeront les générations futures sera plus élevé que celle des générations passées ». Notre éducation dans son entier nous pousse à adopter aveuglément de tels présupposés. En effet les théories scientifiques nous sont présentées dès le plus jeune âge avec une opportune et plaisante complémentarité. Ainsi si Aristote a déterminé au 4ème siècle avant JC que les corps ordinaires suivaient une trajectoire privilégiée vers le bas, Copernic a quant à lui introduit la théorie de l’héliocentrisme qui vient infirmer le concept de trajectoire privilégiée puisque la terre tournant autour du soleil pendant la chute d’un corps, cette direction varie dans l’espace. Kepler, Galilée et Descartes contribuerons ensuite successivement à la dynamique des corps en développant le principe d’inertie que parachèvera Newton avec ses fameuses lois du mouvement, établissant ainsi le socle de la mécanique contemporaine.

Le mythe de la contribution perpétuelle de la science dans Sciences newtonmanzana_11

Newton et sa pomme providentielle


La fabuleuse aventure de la connaissance se poursuivra par la suite avec les découvertes sur l’existence des champs magnétiques réalisées par Faraday puis plus récemment avec la théorie de la relativité générale établie par Einstein. L’écheveau de la connaissance s’évide ainsi à l’infini sous l’impulsion du génie humain et c’est le cœur plein d’une tranquille assurance que nous admirons ces grands esprits s’ajuster majestueusement à l’interminable camaïeu du savoir global. Et c’est cette assurance que oui, il existe en ce moment même des gens qui font avancer la science qui nous permet de considérer d’un œil confiant notre choix de civilisation. Car cette assurance à elle seule valide en grande partie notre civilisation. Si les générations passées ne disposaient pas d’une telle somme de savoirs et de moyens, c’est que logiquement nous les devançons, comme nous seront à notre tour devancés par les générations futures. Le savoir se construit ainsi brique par brique, une génération venant combler les lacunes de la précédente, une théorie scientifique venant compléter ou chasser une autre et cela jusqu’à l’infini.

Mais il est évident qu’une vision aussi complaisante de la connaissance n’est satisfaisante que pour les esprits simples qui s’attachent avant tout aux constructions idéologiques plutôt qu’à la science elle-même. Car il est certain que le mythe fondateur de la contribution perpétuelle de la science est lézardé de failles profondes puisqu’il repose sur deux axiomes erronés :

Le premier étant que la connaissance s’acquiert non pas de manière holistique mais graduellement. Le second étant que les découvertes scientifiques adviennent de manière opportune guidées uniquement par l’intérêt scientifique. Il n’est malaisé pour personne de constater l’absurdité du second axiome puisque l’essentiel des découvertes scientifiques d’aujourd’hui sont impulsées par les besoins de l’industrie en particulier les besoins de l’industrie de l’armement et de l’industrie pharmaceutique. Il est en revanche plus ardu pour l’esprit contemporain d’envisager la méprise fondamentale que constitue le premier axiome puisque chacun est habitué depuis l’enfance à sous-estimer les capacités de son propre esprit et à imaginer que l’on ne peut bénéficier d’un savoir valable qu’après de longues et pénibles études, confondant ainsi connaissance et érudition.

Il nous faudra donc quelque foi pour affirmer ceci : « La connaissance est une et indivisible, elle s’acquiert et c’est d’ailleurs à cette seule condition qu’on la nomme connaissance, de manière totale et holistique. Elle n’est pas morcelée en différents domaines mais embrasse la totalité de l’entendement humain. » Non ! La somme des savoirs dont dispose l’humanité ne va pas en s’accroissant et on pourrait même dire qu’elle va en périclitant (mais nous ne développerons pas cette thèse dans le présent article). Et nous confondons trop souvent progrès matériel et connaissance. La conviction que l’univers est composé d’atomes n’est pas une découverte récente subordonnée aux avancées dans les domaines de l’optique quantique mais c’est une vérité que professait déjà le penseur grec Démocrite depuis l’antiquité. Seulement ce qui est devenu réalisable aujourd’hui, c’est de démontrer une vérité par des preuves matérielles.

Ainsi le premier quidam venu pourra constater images à l’appui que oui la matière se compose d’atomes, de là à réaliser en quoi cette vérité agit sur lui-même et sur son propre rapport au cosmos….

hieroa2.png.

0 commentaire à “Le mythe de la contribution perpétuelle de la science”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



lavieenprose |
Cahier de Français |
Atelier d'écriture de la Ma... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ASSOCIATION CORAMBE
| ylds
| poemes d'Iris